mardi 19 février 2019

- Édito


Fin de l'hiver avec le traditionnel weekend à Gruissan.


Gruissan, las Caladas



Une ouverture de saison réussie avec l'excellent Trail Rocacorba, de l'autre côté des Pyrénées. Du très bon.




A la rencontre des premières neiges.





Du retard dans les publications, mais pour patienter, un petit film :





Ce devait être une expérience inédite, 169km sur les sentiers du Grand Raid des Cathares. La course annulée ça s'est transformé en Off :

Les Chevaliers d'Auroux




Une belle rando avec les amis, au-dessus de Mérens.






Et hop, deux compte rendus de course d'un seul coup.

En mode touriste : Trail des Cascades

En mode performance : Pacoulix





Compte rendu un peu long à venir, mais c'était quand même le championnat de France, et ça a été très grand :Championnat de France de KV




En août il n'y avait pas que des vacances, voici le récit de deux petites courses :





Retour en Ariège pour une belle rando au-dessus de Soulcem :



Une nouvelle fois, nous voici dans les Alpes pour enchaîner une course avec quelques jours de vacances.




Pour changer des courses, une rando avec les amis de presque 30 ans.






A découvrir, nos deux récits du Championnat de France de course en montagne.
Très haut niveau, et belle expérience.

Championnat de France Montagne







Pour les lecteurs fidèles, un petit scoop en avant première :


La suite se passe donc sur mon nouveau blog :










Une belle marche qui date du weekend de l'Ascension, entre Aude, Ariège et Pyrénées Orientales.






Sans doute la fin d'une époque, la mise en forme de ce blog étant trop lourde, surtout pour les photos, je tente une migration ailleurs.
Vous pourrez donc continuer à suivre Sentier Libre à l'adresse ci-dessous.
On ne se perd pas de vue, et à bientôt sur les sentiers !








J'ai profité de cette période de récupération pour rafraîchir un peu ma bible, enrichie par ces années d'ultra et la dernière expérience sur le Tour des Cirques (2014).
Voici l'Evangile selon Saint Michel :




Trail de Gruissan




Vendredi soir, installation du stand. Tout sera prêt pour accueillir les visiteurs dès le samedi matin.










Samedi après-midi, Marion est en course :

"Reprise à Gruissan sous le soleil.


Après des mois sans envie de réépingler un dossard malgré le plaisir constant que j'éprouve à m'entraîner, on va dire que la rentrée s'est bien passée. Il faisait un temps idyllique : soleil, pas de vent. La matinée sur le stand des Citadelles avec Mariane et Michel m'avait déjà remise dans l'ambiance chaleureuse et festive de certaines avant courses.
Départ à 14h 30 du Trailhounet : 18kms de sentiers joueurs dans la clape , avec vue sur la mer. Un départ rapide à "quinzalheure "pour pouvoir se placer et rester à son rythme.
Et puis course déroulée à la sensation en relançant chaque fois que c'était possible, en jouant la prudence sous prétexte d'admirer le paysage quand le sentier devenait trop caillouteux.
J'en avais encore sous la semelle pour batailler dans les quatre derniers kilomètres et finir à vive allure en 1h 42 portée par les encouragements de mes fidèles supporters . Un régal!
Au final cinquième fille , 59 ème sur presque 700 coureurs .
Et bien sûr l'émotion de revoir des ami(e)s , des champion(nes) que j'admire et de rencontrer de belles personnes.

Le lendemain la fête continuait sur le bord du chemin dans un déploiement parfumé de couleurs printanières ."






Pendant ce temps, tenue du stand et distribution de flyers sur les pare brises, à la suite de Marion et Mariane.








Samedi soir, après la belle course de Marion, le stand plié, nous voila rassemblés pour un bon resto avec les amis.




Trail de Gruissan, version 25km.

Au départ ce n'était pas prévu, puis je me suis inscrit tardivement pour faire une sortie longue sur ce parcours que j'aime bien. A être dans le coin pour tenir un stand Citadelles cela aurait été dommage de ne rien faire.
Mais sans vrais entraînements qualitatifs, il ne peut pas y avoir de miracle. J’enchaîne les sorties longues pour le plaisir, poussant de temps en temps en montée, mais ça ne va pas plus loin.
Dimanche 8h30, c'est donc le départ pour deux ou trois kilomètres bien roulants. Je dois être dans les cinquante premiers. A la grosse bosse du réservoir Marion et Mariane sont là, je passe bien cette première difficulté, doublant quelques coureurs.




Ensuite c'est Gruissan. Petites bosses, petites descentes, des cailloux partout. J'essaie de donner mais je sens que si je continue comme ça la fin de course va être difficile. Je lève donc le pied, pensant à l'objectif de juin, l'Ultra Sobrarbe. Ce seront de bons kilomètres accumulés.
Je me fais donc doubler régulièrement, surtout sur le plat. Manque criant de vitesse en ce début de saison.
Passage dans le Rec d'Argent, souvenir de notre sortie récente dans la Clape. Un peu de relance sur le plateau, descente de la falaise au passage avec la corde, magnifiques slaloms dans les pins, puis remontée sous l'arche où je marque le pas.
Direction le ravito où je recroise mes supportrices. Dur ces parties roulantes. Pendant plusieurs kilomètres je rame bien.




Jolies bosses et descentes, je fais avec mes moyens. Arrivée sur la piste cyclable, je n'avance toujours pas. Puis tout à coup le déclic, venu de je ne sais où : je me remets à courir, prenant de l'avance sur mes voisins du moment. La dernière bosse est là, je la passe en courant alors que tout le monde marche. Je double une dizaine de coureurs, reviendront ils ensuite ?





Dernière descente, un coucou au photographe et paf ! je me retrouve sur le cul. Les mitaines ont protégé mes mains, j'ai juste un peu mal à la cuisse mais je peux courir.


Surprise Marion et Mariane sont encore là sur le dernier chemin. Mon allure est bonne, la motivation est revenue et personne ne me doublera jusqu'à l'arrivée, accompagné sur la fin par les klaxons des mes supportrices.








Je finis bien, en 2h23, 77ème et 6ème M2. En 2017 j'avais mis 12 minutes de moins et j'étais sur le podium M2, mais pour ça il faut s'en donner les moyens.

En tous cas s'économiser et finir fort était la bonne solution, celle qui fait que l'on est heureux de sa course. Un parcours exigeant, joueur et joli où j'ai toujours plaisir à revenir.


Je vais maintenant continuer à enchaîner les sorties plus ou moins longues, remettre un peu de fractionné dans tout ça, faire un peu plus gaffe à mon alimentation souvent trop gourmande, et après quelques courses de préparation je compte bien être prêt quand le moment d'affronter Sobrarbe sera venu.