mardi 1 septembre 2009

- Grand Raid des Pyrenees 2009 : Au royaume des lacs




Grand Raid des Pyrénées : Au Royaume des Lacs



Vendredi 28 Août, après avoir suivi le début de l'ultra sur le net et lassé de tourner en rond chez moi, je rejoins en début d'aprèm Vielle Aure.


Ça me laisse le temps de réaliser une "discrète" campagne de pub pour les Citadelles 2010 avant d'aller retirer mon dossard.










Je retrouve un à un le club des cinq, Romain, Yvan, Francis, Thomas, il ne manque que Steve qui n'a pas pu participer. Je revois aussi avec plaisir beaucoup de Kikous ainsi qu'Emmanuel, sur son stand Ufo, qui manquant d'entraînement ne fera que le 75km, si sa frontale veut bien fonctionner.






Avec Romain, à peine moqueurs devant le "rookie" de l'ultra en train de fignoler son sac.






Je bois un coup avec Yvan avant la pasta et je me laisse tenter par un demi-citron. Soyons fous !
Après la pasta où j ai aussi vu de nombreuses connaissances de trail, je cède à la tentation d'une petite crêpe au Nutella d'avant briefing. Soyons fous n°2.




En terme d'organisation tout se passe bien et les anciens combattants du GRP2008 ne reconnaissent pas le Vielle Aure de l'an dernier où rien ne montrait qu'une course se déroulait là. Cette année il y a tout, mais à une échelle humaine et conviviale qui me convient parfaitement.





Une petite partie de tous les Kikous rencontrés sur le GRP.







La nuit est courte mais je dors bien et à 3h je peux attaquer mon habituel petit dej. Ceux qui me connaissent savent combien ma prépa d'avant course est longue et d'ailleurs Yvan qui dormait à côté sur le parking part bien avant moi sur le site.









Sous une petite bruine, je retrouve sur la ligne de départ beaucoup de Kikous connus, ils semblent être presque tous là.







Romain, Yvan, Thomas, moi-même et Manu.







Avec le frangin, prêts pour le départ.








L'aventure commence dès 5h et déjà sur la portion de route, je laisse filer en masse les gens pressés.









Le défilé continue dans la montée en lacets mais je ne m'affole pas, mon plan de course est établi pour une arrivée en 14h et je crois que beaucoup beaucoup de gens partent trop vite. Je cause un peu avec les connaissances du Portet Trail Attitude qui me dépassent aussi, on rigole de ma course prévue en "négative split".








Dans la montée une frontale en face : le 4ème de l'Ultra arrive.









Quelques rares parties roulantes, ponctuées de passages de clotûres, dégourdissent les jambes avant de passer Espiaube et d'attaquer la grosse montée.







Première traversée de ruisseau, autant éviter de se tremper de suite...








Je vais effectuer cette montée en compagnie de Sébastien, du team "Droit dans la pente" ou quelque chose comme ça (si tu passes par-là, laisse l'adresse de ton blog…).


On discute beaucoup, c'est sympa et la montée se passe très bien, tranquille.








J'ai quand même l'impression de ramer et je pense être à la bourre sur mes prévisions, mais arrivé au ravito du col de Portet (200ème au km12), je suis à 3 minutes près dans les temps.
Parfait.


Je refais le plein d'eau, pique un bout de fromage et un peu de saucisson pour la suite et je trace.







Le chemin est bon mais la vue nulle, car le sentier en balcon au dessus du lac de l'Oule est pris dans la brume. Je mène un petit groupe où personne ne semble vouloir dépasser. Peut être se fient-ils au petit "Réussir son Ultra" accroché à mon sac…







La fille en bleu qui me précède prend une belle gamelle sur ce sentier pourtant sans piège, mais elle se relève et repart de plus belle.


Alors qu'on approche des lacs de Bastan, le brouillard se lève et le soleil commence à pointer. La lumière est très belle pour les photos et je m'arrête pour en claquer quelques unes.








C'est comme ça qu'Yvan me rattrape alors qu'il était parti devant (un peu vite pensais-je…) avec Francis. Après la pause technique qu'il vient d'effectuer il continue sa route, alors que je "perds" encore du temps à prendre des photos.

































Je passe ensuite le refuge de Bastan pour attaquer la montée vers le col de Bastanet au milieu des gros blocs de rochers.















Je suis surpris de voir arriver Caroux derrière moi, le sachant plus rapide. Il m'explique que suite à une panne de réveil, il a pris le départ avec une demi heure de retard. Alors il fonce, pour rattraper le temps perdu. Je n'essaie pas de le suivre, j'avance d'un pas sûr, marchant dès que ça monte et trottinant sur le plat.





















Derrière nous, la mer de nuages.



















Sous le col, je rejoins enfin Yvan et Francis. Je suis content de les retrouver, on se prend une belle photo avant que je leur fasse mes adieux en m'élançant dans la descente.






Au col de Bastanet, heureux !














Je dépasse Chabidou, la Kikoureuse en bleu et côtoie pendant un moment Stéphane que je connais des Citadelles et du Challenge du Sud Ouest.


















Arrivée sur le refuge de Campana.






Je suis prudent dans ma descente, j'évite de peu quelques glissades non contrôlées sur des pierres humides et je longe le lac de Grézioles sur les gros blocs .













Je passe le second lac avant de plonger en solitaire vers la vallée et la mer de nuages.











Alors qu'il faisait bon au soleil, la température baisse en même temps que la visibilité en approchant d'Artigues.











Dans la descente vers Artigues.








J'y arrive au bout de 5h33 (144ème au km30), encouragé par Badgone qui en repart après le passage de Martine, seconde.


Je bois un coca en faisant le plein d'eau, attentif à bien ranger mon verre, la bénévole qui est là ne plaisantant pas avec l'ordre.


Je retrouve aussi Mélanie la copine de Thomas, lui me suivant de loin, et je la verrai à chaque ravito puisqu'elle donne un coup de main en l'attendant.




Je repars, toujours en pleine forme, et je vois en contrebas arriver Yvan et Francis. Je leur pousse un cri, un signe de main et je continue ma route. Je suis content qu'ils soient ensemble, j'ai bien peur qu'Yvan pour son premier ultra ait quelques difficultés. En clair qu'il explose pour être parti trop vite…



A suivre, l'épisode 2 : Le Talisman de Torreilles

8 commentaires:

Steve a dit…

Jolie première partie. Toujours aussi bon photographe et narateur!
Même connaissant la fin, vivement la suite.
Et oui comme tu l'a dis, je n'ai pas pu participer à la fête avec vous, mais ce n'est que partie remise.
A trés vite au TOG.

trail a dit…

Bravo Michel pour la gestion parfaite de ta course. Qu'est ce que t'as dû t'éclater sur la fin en en ayant gardé dans les pattes.
Merci de nous faire partager ce grand moment de plaisir vécu.
Et merci de nous avoir mis des fourmis dans les jambes tout le week end.
Et à très bientôt j'espère.
William-Fretless

Chabidou a dit…

Super photo !
On revit la course en lisant ton récit !
La fille en bleu qui se prend une bonne gamelle, c'est moi !
J'ai voulu profiter du paysage, et je n'ai pas regardé ou je posé mes pieds. Ca m'apprendra !
Je m'en suis sorti avec 2-3 bobos superficiels !
Bonne continuation.

tooom a dit…

Belles photos, une belle course. J'etais pas tres loin derriere au debut. 14h peut-etre un jour....

Francis a dit…

Tu l'avais annoncé, mais quand tu nous a doublé au col de Bastanet, je ne pensait franchement pas que tu tiendrais ton 0bjectif...Et pourtant!

Superbe gestion de course : rien à rajouter si ce n'est que c'est toujours un grand plaisir de partager quelques moments avant, pendant ou après.

Anonyme a dit…

Salut Michel,

Super Photos ! On revit la course...

Et encore bravo pour ta gestion de course parfaite..dire que j'etais avec toi jusqu'au Bastanet et au final je prends presque 6h....:)

Manu le Hongrois

Arnaud a dit…

Félicitation Michel,

Superbe course et superbe récit.. comme toujours je dirai :p
En tout cas ça me refait vivre des passages que j"avais zappé, tel que le ravito à Artigues avec la nana à cheval sur les gobelets :p
Un jour avant mais même combat.
Superbe perf en tout cas, je regrette de ne pas vous avoir tous vu à l'arrivée mais j'étais à bout de force.
Continuez comme ça et à une prochaine

Nathalie a dit…

Je m'incline devant ce reportage et ces photos splendides. Je n'ai pu résister à en télécharger quelques unes. Je n'ai pu que rarement dégainer mon camescope, qui ne faisait pas de bonnes photos d'ailleurs. On s'est croisés à la remise des récompenses je crois.
Je m'incline devant une telle performance photographique et sportive : avoir l'oeil pour faire la bonne photo au bon moment, faire le bon cadrage, et en même temps assurer un si joli chrono. Bravo.
Et je suis ravie de retrouver ma copin devant ton objectif au pied du "mur" du col de Barèges.
Merci pour tout ça, et pour les vaches.