mardi 15 septembre 2015

Trail des Cascades



Retour sur le Trail des Cascades, mais en version courte cette fois. Trois semaines après les 80km du Grand Raid des Pyrénées cela me semblait plus raisonnable, et conforme à la fin d'année prévue sur des trails courts et des 10km.



J'ai l'impression de n'avoir pas fait grand chose depuis le GRP, quelques footings avec des accélérations, pas mal de récup. et puis quand même de belles sorties en montagne comme la superbe virée Montcalm - Pique d'Estats, une semaine avant la course. Donc au départ je ne sais pas trop ce que ça va donner.




Arrivé peu de temps avant le départ du 25km, j'en profite pour faire prendre l'air au tout nouveau dépliant géant des Citadelles, tout en encourageant les coureurs.



Le temps qu'ils soient tous passés, il reste peu de minutes pour se préparer et s'échauffer, mais ce sera fait efficacement.





A 10h c'est le départ. Je pars vite mais sans me mettre dans le rouge, les places se feront en temps voulu. Pour le moment je dois être dans les 15 premiers, avec Berty et Michel Roussel en point de mire, à ma place donc.
Mon corps à l'air de bien répondre sur ce début de parcours roulant, c'est bon signe.




Pas d'appareil photo aujourd'hui, les illustrations proviennent de la reco approximative que j'avais fait une semaine avant (le parcours étant secret jusqu'au jour J).
J'aborde donc les grosses montées du circuit Vtt en les connaissant et en ne m'emballant pas. Je passe en marche rapide dès que c'est nécessaire, alternant avec de la course dès que possible.

A ce petit jeu je passe rapidement trois ou quatre coureurs.
Puis on quitte la piste au niveau de la palombière, pour une partie que je découvre. Il s'agit d'une "trace de sanglier", un joli sentier dans les bois qui monte peu, mi terre mi feuilles mortes. Très agréable à courir.
Un peu plus haut on rejoint des prairies où des randonneurs m'annoncent 10ème. Très bonne place.


Le parcours est ici très roulant, légèrement montant, et à ma grande surprise je rejoins et dépasse Michel Roussel, le talentueux V2 qui est en général bien loin devant moi.
Me voila 9ème, avec depuis un moment le jeune Espoir Bastien Rouzoul qui me talonne.



On attaque ensemble la mythique et toujours énorme montée sous le château de Roquefixade. J'entends des pas en dessous sur la piste, les poursuivants ne sont pas loin. Je ne faiblis pas et tente au contraire de donner le maximum car j'ai bien peur de me faire reprendre dans la descente. Je pousse sur les cuisses, j'halète, et je monte fort.





J'ai dû bien monter, car je ne me souviens pas avoir eu Bastien derrière moi sur cette partie. Sur le haut de la montée j'ai la bonne surprise de reconnaître Romain, venu là en spectateur, supporter , photographe.

Juste un signe et un petit mot, avant de m'élancer sur la large crête herbeuse.



Arrive ensuite la partie un peu technique avec quelques rochers hérissés, puis la piste et ses cailloux lisses, juste avant de bifurquer sur la gauche.



La descente est ensuite un vrai plaisir sur des monotraces souples, avec très peu de pièges, et à peine humides. Je fonce autant que je peux, persuadé que Bastien qui m' a rejoint va me dépasser. Mais non, il reste derrière et on descend comme des fous.




Je lève un peu le pied sur les parties avec quelques pierres où je suis moins à l'aise, mais je conserve la tête. Il m'arrive de glisser un peu ou de trébucher et Bastien est sympa, il me crie un "Attention !" après coup.
La descente à grande vitesse effectuée une semaine avant lors de la reco m'aura vraiment été utile, tout comme les sprints de fin de rando course pratiqués à de multiples reprises cet été.



J'arrive donc avec Bastien au pied des cascades, et il me double juste avant d'attaquer la dernière montée. C'est hyper raide et rapidement il explose. Je le dépasse tout en l’encourageant pour qu'il ne lâche pas maintenant, car nos poursuivants ne sont pas très loin.



Je donne tout encore une fois, et je lui prend rapidement une vingtaine de secondes. Il reste une courte descente à aborder et toute marge de sécurité est bonne à prendre.





J'arrive à bien négocier cette dernière descente, pas simple mais heureusement sèche et j'en termine sur le parking des cascades sans avoir été rejoint.
9ème, 4ème V1, 12km 600m+ avalés en 1h04'36"

La course parfaite, sur un très joli parcours avec tout ce qu'il faut, et à fond d'un bout à l'autre.

Je ne me suis pas arrêté au ravito, car j'avais avec moi un bidon d'eau sucrée et quelques pâtes de fruits. Je reste persuadé que ceux qui partent sans rien pour gagner quelques grammes font une erreur. En tous cas j'ai bu et mangé régulièrement, et ça m'est indispensable.

Fait étonnant, à l'arrivée j'ai bu un peu de Coca puis j'ai jeté le verre, je n'en avais pas envie. Ce qui d'un point de vue santé n'est pas plus mal. Rassurez vous, j'aime toujours la bière.



L'après course a ensuite été bien sympa, rythmé par les arrivées successives et arrosé par quelques pressions , ainsi que par un bref orage qui n'a pas réussi à gâcher la fête.
Après trois éditions ce Trail des Cascades confirme qu'il est une valeur sûre, autant pour le parcours que pour l'ambiance et l'organisation générale. Une belle réussite.



Et puis carton rouge à mes Ultra Raptor, pas pour leur fabuleuse accroche, mais parce qu'un passant des lacets a craqué, alors qu'elles ne sont pas très vieilles.



Podium H du 12km.


Podium F du 12km.



Podium du 25km.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Récit de grande qualité: comme toujours!
Photos particulièrement bien choisies: mieux que d'habitude ;-))
Performance à saluer: encore une fois!
Merci pour cette belle histoire... et grand ouf de soulagement: tu ne digères peut être plus le coca mais la bière reste une valeur sûre ;-))
Magnifique!
Seb del pueblo de rieucross

Philippe FOURMENT a dit…

L'essentiel est là, tu aimes toujours la bière et tu cours vite. Bravo

Steve a dit…

Encore un récit et une course bien menés. On aurait pu penser que tu manquerais de vitesse après le GRP, mais force de croire que non, et c'est tant mieux !
Bonne continuation sur le court en cette fin de saison...

Christophe a dit…

C'est la bascule du futur V2: on aime davantage la bière que le coca... En tout V1 ou V2 tu vas toujours aussi vite et tu sembles te régaler alors c'est le pied et profites en!