lundi 2 novembre 2015

Trail des Orris (Tour du Mouillet)



1er novembre 2015, une date importante puisque selon les règles de la FFA c'est là que changent les catégories. Me voici donc intégré à la tranche 50/60 ans (cette blague...) avec presque un an d'avance.
Et comme ça fait déjà un moment que je surveille les classements, je devrais normalement avoir de nombreuses occasions d'aller chercher ce podium Master II dans les mois qui viennent.



Pour commencer cette nouvelle ère, me voici donc au départ du Trail des Orris, version 11km 450m+
J'ai repéré en partie le parcours la veille pour savoir à quoi m'attendre et j'ai trouvé le tout plutôt roulant. Beaucoup de chemins, avec par endroits des pierres cachées sous les feuilles mortes, une montée qui peut se courir presque partout, une descente un poil technique, un parcours qui sera donc très rapide.

Le matin je retrouve sur place beaucoup d'amis et de connaissances pour une journée d'automne qui s'annonce très belle. Les organisateurs ont fait le plein, environ 150 coureurs sur ma course et 200 sur le 19km.



Je commence mon échauffement en allant me placer pour voir le 19km passer. Quelques encouragements et je repars en sens inverse, direction la voiture pour aller mettre mon habit de lumière.


Fin d'échauffement, tout semble ok. Pas de stratégie en vue, c'est court et il faudra essayer d'être à fond partout.




10h30 c'est le départ. Tranquille pour tous, puis le rythme s'accélère.


Je fais cette partie à côté de Berty, à une très bonne allure, environ à la 7ème place. Pas de cheveux blancs en vue, il ne doit pas y avoir de Master II près de moi.


Berty me distance ensuite dans la première montée où je gère un peu et passe en marche rapide par endroits. Je ne me fais pas doubler pour autant, donc tout va bien.


La suite se fait pendant un moment avec Esteban. On court bien, tout en se méfiant des rochers camouflés qui n'attendent que nos chevilles pour les tordre.
Je bois régulièrement, je croque même une pâte de fruits, tout en enchainant ces jolies parties aux couleurs automnales.


Toujours avec Esteban j'arrive à Gréoulou, environ à mi-parcours. Je m'arrête rapidement au ravito, le temps d'avaler une demi verre de Coca. Je repars derrière Esteban mais je marque un peu le coup et il me distance dans la légère montée en direction du haut du mur de Raissac. Le sentier est aussi plus technique, et je fais gaffe où je pose les pieds.










Je passe le point haut de la course au Cap de la Monge et bascule dans la descente. Prudent au début sur le tapis de feuilles mortes, j'envoie fort à l'approche de Tarthie où photographes et spectateurs se sont massés.
Je traverse la route et je continue à foncer sur le chemin qui est beaucoup plus facile.


Je croise la famille Suilhard judicieusement postée au soleil pour nous encourager, et tiens toujours un gros rythme avec personne en vue derrière moi.


Arrive une courte mais raide montée que je passe en marchant. J'avale une autre pâte de fruits, tout en me trouvant lent et un peu scotché au sentier. Je me méfie car ça peut revenir très vite derrière, mais il me faut un petit moment après ce raidillon pour retrouver à nouveau ma vitesse.


La veille durant la reco.


Je fonce à nouveau sur un bon rythme, ne voyant toujours personne derrière et essayant de conserver une marge confortable avant la descente où je sais que je vais perdre du temps. J'y arrive bientôt et comme prévu je l'aborde prudemment. Beaucoup de cailloux et aucune envie de me blesser.

A mi pente je me retourne et je vois la silhouette d'un coureur en haut. Aïe...
J'accélère un peu sur le bas beaucoup moins technique, mais quand je rejoins la large piste le coureur est revenu à moins de 100m de moi.


Il reste environ 1,5km et il ne me reste pas d'autre choix que de foncer. Les séances sur piste portent leurs fruits et je déroule à une très bonne allure. Malgré cela le coureur s'est encore rapproché de moi et me voyant me retourner il me crie quelque chose. Je ne comprends pas ce qu'il dit et ne sachant pas si c'est un Master II prêt à me piquer ma place je fonce encore plus.




J'effectue un final de folie, donnant tout et même plus. L'heure n'est plus à regarder si le sol est technique et parsemé de quelques pierres.





J'accélère encore et encore, arrivant à tenir mon poursuivant à quelques mètres. Une dernière épingle à négocier à fond, puis c'est la ligne d'arrivée enfin franchie.
Je me plie en deux sur la barrière, à bout de souffle, avant de m'apercevoir que c'est Julien qui était derrière moi. En fait il me criait de ne pas m'inquiéter pour ma place. Mais cela nous aura fait une belle séance de vitesse puisque d'après son gps on a envoyé un final à plus de 19km/h !
En tous cas objectif atteint pour moi, puisque je suis 9ème  et surtout 1er Master II, pour un parcours bouclé en 53'32". Mission accomplie !



Le temps de récupérer un peu, je pars ensuite sur le final du 19km, bien plus technique que le nôtre. J'y croise les coureurs dans la descente bien raide puis le sentier de crête, jusqu'à retrouver Yvan qui en termine.








Il ne m'a plus resté ensuite qu'à attendre l'heure de la remise des récompenses pour profiter de ce premier podium M2. Le moment a été sympathique même s'il manquait un peu de solennité et d'émotion, mais j'avais eu celle ci sitôt la ligne passée.


Pas de coupe pour marquer ce premier cap dans le monde des Masters II, cette magnifique casquette sera donc le symbole de ce moment sur ma prochaine étagère à trophées.

Pour ce qui est du trail, il est fort bien organisé avec un parcours de 11km roulant et très rapide, fait principalement de chemins. Le 19km doit être plus intéressant au niveau des sentiers, ne serait ce que par son final pas simple du tout. C'est en tous cas une belle course de plus dans notre coin.

***

Merci à tous ceux à qui j'ai piqué des photos pour illustrer ce récit. Personne cité, personne oublié.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Obligé de dire: bravo "vieux" ;-)
Seb del pueblo de rieucross

Steve a dit…

Jolie première chez les vieux. Je vois que toi aussi tu cherches les cheveux blancs dans les courses maintenant...

Francis a dit…

C'est si bon de vieillir comme toi....

Christophe a dit…

Comme le bon vin...

Anonyme a dit…

Bravo pour ce 1er podium "maître 2"

Manuel Reolid a dit…

Bravo Michel, tu as su faire honneur à notre nouveau statut de M2, poulet du dimanche oblige, je n'ai pas pu te féliciter dimanche. A très bientôt je l'epère
Manu (Master2)