mardi 1 mars 2016

Ronda des Bojos








Trail de la Courbière ou Ronda des Bojos, choix difficile dans le calendrier. Finalement j'ai décidé d'accompagner Marion pour découvrir un nouveau coin de pays catalan.
Aucun objectif pour moi, juste accompagner et découvrir ces sentiers, en craignant une descente annoncée difficile.
9h le départ est donné, avec une pluie qui heureusement a cessé. La neige est annoncée pour le haut du parcours. Ca part vite, pour un tour de Vinça, puis des chemins, et très vite que du monotrace. Une grosse montée de temps en temps, mais un début assez roulant où je suis Marion, seconde, sans avoir beaucoup de marge supplémentaire.




Peu à peu la neige est partout, au sol comme sur les arbres. C'est beau autour de nous, et plus loin quand le paysage se laisse apercevoir. Ca commence à monter beaucoup plus fort, et maintenant que je suis chaud cela me convient bien. En marche rapide ou relance, on tient un très bon rythme. Penser à manger, à boire, et à pousser sur les jambes.

On atteint un premier sommet et une belle crête boisée et enneigée s'ouvre devant nous. On devine sous la neige des pierres qui affleurent et j'imagine un sentier bien plus technique et difficile quand il est nu.
On passe la croix de Joch avec un faux prêtre qui nous bénit et une chaude ambiance assurée par les bénévoles.








 Et maintenant il reste à se lancer dans une grande descente, et pour Marion assurer sa seconde place. Le sentier tient du toboggan, parfois neigeux, souvent boueux, et rarement technique. J'y prends beaucoup de plaisir, enchaînant aisément les difficultés sans me poser de question. Marion file à un très bon rythme devant moi, et je sers juste de tampon pour éviter qu'elle ne se fasse piétiner lors de ses quelques glissades.

Cette descente grandiose se poursuit, tout en glisse contrôlée, jusqu'à ce que la troisième fille nous dépasse comme une flèche. Impossible à suivre.Je me rappelle avoir lu que le final serait sur piste et avec la vitesse de Marion je considère que rien n'est perdu.
Le bas de la descente est là, du chemin plus roulant, encore quelques bosses et descentes, mais on revient bien en vue de la deuxième.



A l'entrée dans les rues de Vinça, Marion sort sa pointe de vitesse et je peine à la suivre. Elle fond sur Christelle, puisque c'était elle, et prend un peu d'avance. L'arche d'arrivée est en vue, mais Christelle revient très fort, passe Marion, puis lui tend la main pour une arrivée commune.

Le moment est magnifique et quelques mètres derrière, en spectateur privilégié, j'en ai les larmes aux yeux. Elles finissent donc main dans la main à la seconde place, avant de tomber dans les bras l'une de l'autre.

Dommage que le speaker, sur le podium, ait insisté lourdement pour qu'il y ait une deuxième et une troisième. Bien plus intelligentes que lui, elles sont montées ensemble sur la seconde marche du podium.


A part cette faute incompréhensible, la course était parfaite. Un tracé court d'environ 17km 800m+, de superbes petits sentiers avec de jolies vues, du technique, du roulant, et une grosse ambiance, il y avait tout. Il sera difficile de faire mieux, car la neige avait embelli le tout pour en faire une course mémorable dès la première édition.






A noter que raisonnablement j'avais abandonné le traditionnel menu de veille de course, bière / pizza. La nouvelle formule crêpes salées / crêpes Nutella chantilly semble bien fonctionner.

Et pour conclure ou se replonger dans cette belle course, un très bon article illustré d'excellentes photos à voir ici :

Ronda des Bojos (Le Journal Catalan)







4 commentaires:

Philippe FOURMENT a dit…

Bien dit, très bien illustré, un superbe article de blog qui donne envie de courir sur ces sentiers. Bravo à vous et à Christelle que je ne connais pas pour cette belle image de sport à l'arrivée.

Anonyme a dit…

Bon tu vas me flinguer l'estomac si tu me fais changer de régime tout le temps... A mon âge, le corps met du temps à s'adapter.. C'est foutu pour moi donc de gagner les citadelles cette année...(ça c'est pour faire tordre de rire ceux qui me connaissent ;-))
Encore un beau récit d'un ange gardien de luxe pour une "marion" que je ne connais pas mais qui a l'air d'être une sacrée pointure: dans les baskets et dans l'esprit... et c'est ça qu'il faut chérir plus que tout!
Bravo à vous deux et rendez vous fin mars pour un bon 7h de souffrance presque "jouissive" ;-))
Seb del pueblo de rieucross

Anonyme a dit…

Merci beaucoup pour ce beau récit. Un moment j'ai eu l'impression d'être à votre place et vivre la course. Que du bonheur sur ce parcours qui m'est cher :-)
Antoine

Christophe a dit…

Quelle équipe!!!! Bravo à vous 2!